Dépasser la haine pour construire le meilleur destin possible

On pourrait la définir comme une colère ciblée et entretenue, plus ou moins artificiellement et plus ou moins consciemment.

la haine n’est jamais souhaitable car en dégradant la confiance et donc l’intelligence collective, elle nuit à la création de richesse et, plus généralement, à la qualité de notre destin commun.

On n’agit pas efficacement contre la haine en la criminalisant ni en la stigmatisant, cela ne fait que la faire grandir silencieusement et elle n’en est que plus dangereuse.

Il y a souvent, à la racine de la haine, le sentiment fondé ou non d’une injustice passée, ce qui n’est déjà pas facile à réparer. Mais ce qui peut l’exacerber hors de tout contrôle, c’est la certitude que certains besoins essentiels ne pourront être satisfaits à l’avenir.

Pour désamorcer ce qui peut entraîner de terribles conflits, eux-mêmes générateurs de haine, il est inutile de considérer la haine comme inacceptable, il faut recentrer sans condescendance les personnes éprouvant de la haine sur leurs autres projets et prouver leur faisabilité.

Pour passer à la pratique, voici une question simple à poser en acceptant mentalement et temporairement que le “projet” d’exclusion de l’autre se réalise : “Que feriez-vous si l’objet de votre détestation venait à disparaître ? À quoi consacreriez-vous votre énergie ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *